Expérimentation et prospective

Prospective et recherche

L’Uniopss travaille de longue date sur la prospective et ce bien avant la création d’une  mission de prospective et d’un conseil de prospective. Suivant la philosophie politique de Gaston Berger, le réseau Uniopss affirme la volonté de construire l’avenir malgré les déterminismes et les contraintes. Après la double étape franchie en 2016 avec le Congrès de Montpellier et la parution du livre « Refonder les solidarités » piloté par le Conseil de prospective, un nouveau cycle est en construction.

Le scénario du rebond : un choix politique

La consultation du réseau Uniopss avait débouché sur l’identification de questions critiques (situation sociale et cohésion sociale ; protection sociale et modèle social ;  économie et société ; politiques publiques ; institutions et démocratie ; vivre ensemble ; sciences et techniques ; action collective ; enjeux associatifs), elles-mêmes modélisées en 5 scénarios. Le  scénario du rebond, adopté en Congrès, est remobilisé depuis : les leviers découlant de ce choix ont irrigué le « projet de société » porté en amont des échéances électorales de 2017.

« Refonder les solidarités » : une perspective toujours d’actualité

Construit avec le réseau Uniopss et piloté par le Conseil de prospective, le livre publié au Congrès de Montpellier traite du devenir de la protection sociale, de l’évolution du rôle des associations dans l’espace public et enfin du centrage de l’intervention sociale sur la personne. Avec des études générales et des chapitres « expériences » construits avec onze Uriopss, le livre propose de la théorie mais aussi des pistes pour l’action.

 

L’entreprise sociale : contribution du Conseil de recherche et prospective de l’Uniopss

La valorisation de l’entreprise sociale comme perspective de rénovation de l’activité économique dans le champ social interroge les associations : leur propre modèle doit-il évoluer et si oui de quelle manière ? La question peut-elle être posée seulement au niveau de l’activité économique ou conduit-elle, plus largement, à interroger les relations entre l’économique et le social ?

Le Conseil de Recherche et Prospective de l’Uniopss, composé d’universitaires mais aussi d’acteurs du réseau Uniopss, a choisi d’aborder la question en partant des constats posés sur le terrain avec, notamment, les observations collectées lors de la journée de rentrée sociale de l’Uriopss Alsace en octobre 2017 : les adhérents réunis en ateliers de réflexion avaient exprimé des points de vue divers, conjuguant l’intérêt pour les perspectives ouvertes, les doutes sur la réalité des enjeux et, finalement, l’importance d’une réflexion de fond.

Le Conseil de Recherche et Prospective propose une réflexion à deux niveaux.
En premier lieu l’avancée de l’entreprise sociale est un phénomène complexe et ambivalent : certes, de nombreuses opportunités sont associées à la mise en avant d’une forme d’entrepreneuriat qui prend a priori en compte les questions sociales (en réponse, notamment, aux excès d’un entrepreneuriat tourné exclusivement vers le profit) ; mais dans le même temps, certaines conceptions de l’entrepreneuriat social occultent toute dimension socio-politique aux acteurs porteurs d’une activité économique. Le Conseil de Recherche et Prospective invite donc à regarder de plus près les différentes formes possibles de l’entrepreneuriat social.

En second lieu, le Conseil de Recherche et Prospective met en lumière les liens entre des phénomènes plus généraux que constituent l’implantation du nouveau management public au sein de l’État et l’extension des référentiels marchands à des composantes de plus en plus larges de la société.

En résumé, ces réflexions incitent à identifier les opportunités que représente l’entreprise sociale, sans renoncer pour autant aux capacités particulières des associations.

Contribution de l’Uniopss aux travaux de France Stratégie pour un « après soutenable »

France Stratégie avait publié début avril 2020 un appel à contribution pour élaborer une vision de l’ « après » soutenable. L’Uniopss a transmis le 2 juin sa contribution à France Stratégie, en synthétisant les analyses collectées - pendant la période de confinement mais aussi de longue date - auprès des associations de solidarité que regroupe son réseau.

Loin de se limiter à l’analyse des effets immédiats de la crise, le projet initié par France Stratégie veut aborder les questions plus structurelles qui auront été soulevées ou éclairées sous un angle nouveau par la crise sanitaire. Le but est bien d’interroger le modèle de développement, de prendre acte de ses failles et d’envisager, avec imagination, des perspectives renouvelées. Il était donc important de contribuer à ces travaux, abordant l’analyse de la crise sanitaire avec une posture prospective.

La démarche de prospective promue par l’Uniopss table en effet sur l’affirmation d’une responsabilité collective dans la société à construire. Il s’agit de prendre de la hauteur et d’élargir le cadre d’analyse, en apportant une vue d’ensemble et une approche en termes de principes organisateurs, pour dépasser les cadres souvent imposés dans l’urgence des réformes (Ouvrage « Refonder les solidarités » en 2016). Elle peut ouvrir des perspectives en élargissant à la fois le cadrage académique et le quadrillage idéologique d’un sujet, à partir des problématiques de terrain (Note sur « L’entreprise sociale » en 2019). Elle permet d’envisager différents scénarios pour dépasser l’enfermement dans une configuration figée (scénarios introductifs du Congrès 2016). Enfin elle est utile aux associations sur le terrain, car elle permet non seulement de développer une vision de moyen terme, mais aussi de relier le projet institutionnel – des valeurs, des principes structurants, l’ancrage dans un environnement social – et le projet opérationnel.

Dans sa contribution, l’Uniopss aborde en premier lieu la situation sociale et souligne l’enjeu des inégalités face à la crise, pour aborder ensuite la protection sociale, les politiques publiques, le rapport à la démocratie, les conceptions de l’économie et la perspective européenne. Bien que nombre de tendances lourdes aient déjà été identifiées avant cette crise, il est prématuré d’en tirer tous les enseignements. Mais il est déjà possible d’appréhender différents enjeux, de cerner les sujets sur lesquels des décisions sont à prendre à court terme (car elles sont vitales ou car elles conditionnent l’avenir) et enfin de poser les jalons d’un processus permettant de construire les perspectives à moyen et long terme avec toutes les composantes de la société.

Comme toute démarche de prospective interactive, le processus engagé pour cette contribution est circulaire : il se poursuivra, par itérations successives, au cours des prochains mois ; il reviendra sur cette première lecture de la situation générée par une crise sanitaire, économique et sociale, à la fois porteuse de ruptures et de potentiels, à cultiver.

Accéder à la contribution de l’Uniopss

Le Conseil de recherche et prospective : une nouvelle étape

Le Conseil, désormais élargi, va développer le lien entre recherche et prospective. Présidé par Robert Lafore, professeur en droit public à l’IEP de Bordeaux et animé par Christine Chognot, adjointe au directeur général, responsable de la mission de prospective, il réunit des acteurs associatifs et des universitaires : Amélie Artis Enseignant-Chercheur, Maître de conférences à Sciences Po Grenoble, Jean-Claude Barbier (CNRS), Francis Calcoen ancien président de l’Uriopss Nord-Pas-de-Calais, Jacques Defourny professeur ordinaire à HEC – Ecole de Gestion de l’Université de Liège (Département d’Economie) et Directeur du Centre d’Économie Sociale de l’Université de Liège, Patrick Doutreligne président de l’Uniopss, Hugues Feltesse ancien directeur de l’Uniopss et administrateur de l’Uriopss Bretagne, André Flageul membre du bureau de l’Uniopss, Florence Gallois Maître de conférences en économie à l'Université de Reims Champagne-Ardenne, Olivier Giraud Directeur de recherche, co directeur du Lise – CNRS – CNAM, Catherine Humbert directrice de l’Uriopss Alsace, Céline Marival Membre associé au LEST-CNRS – ‎CREAI PACA et Corse, Philippe Eynaud (professeur en sciences de gestion à l’IAE de Paris, Université Panthéon Sorbonne, Membre du Haut Conseil à la vie associative), Henry Noguès (université de Nantes, membre du Conseil d’administration de l’Uniopss), Johan Priou directeur de l’Uriopss Centre, Patricia Sitruck directrice de l’association OSE , Jérôme Voiturier directeur général de l’Uniopss.

La prospective : une démarche en réseau

L’axe du projet stratégique 2014-2020, qui a inscrit la prospective au cœur des missions de l’Uniopss et renforcé la dynamique du réseau, se poursuit.

  • La prospective a été appliquée dans le groupe « gouvernance » du réseau Uniopss.
  • L’Uniopss a animé en juin 2016 un séminaire avec l’association Voir Ensemble.
  • Elle participe au Conseil d’administration et au Comité technique et scientifique de l’ERP – Espace Recherche Prospective –  qui réunit des réseaux associatifs et des pôles d’enseignement et de recherche en politiques et pratiques sociales.
  • L’Uniopss travaille avec plusieurs Uriopss – Alsace, Champagne-Ardenne, Poitou-Charentes-Limousin, … – sur la prospective appliquée aux associations.

Des ouvertures vivifiantes

Dans sa démarche prospective, l’Uniopss travaille avec la Fonda, la Fondation du Crédit Coopératif, le CNIS, France Stratégie…