Contrats aidés : l’Uniopss et les associations de solidarité dénoncent la baisse annoncée

Suite aux annonces du gouvernement de baisser cette année le nombre de contrats aidés, l’Uniopss et plusieurs associations de solidarité se mobilisent.

Dans un communiqué de presse rendu public le 25 août dernier, l’Uniopss ainsi que plusieurs associations de solidarité  (l’APF, la Fédération des acteurs de la solidarité, Coorace, Emmaüs France, le Secours Catholique, mais aussi ATD Quart Monde), ont dénoncé la décision du gouvernement visant à réduire le volume de contrats aidés dès le second semestre 2017. Elles rappellent que ces contrats sont, en période de crise, le seul moyen d’accès à l’emploi pour les personnes qui en sont le plus éloignées.

« En permettant un accès quasi-immédiat à un emploi accompagné, les contrats aidés représentent pour les chômeurs de longue durée et les jeunes peu qualifiés le seul moyen de briser le cercle vicieux du chômage et de l’exclusion pour entamer un parcours de retour à l’emploi durable ». En outre, les associations signataires soulignent que les contrats aidés sont aussi essentiels à la vie de nombreux de nos territoires et de nos concitoyens. « Sans l’aide financière qu’ils représentent, beaucoup d’associations mais aussi de collectivités locales ou d’entreprises ne pourraient mener à bien leurs activités. »

Les associations de solidarité demandent au gouvernement de préserver un volume d’emplois aidés, identique à celui de l’année 2016 et de renforcer le nombre de ces emplois en 2018 en ciblant les territoires les plus touchés par la crise et le chômage de longue durée tout en facilitant la formation des personnes en contrat aidé. Elles demandent un rendez- vous en urgence avec le Premier ministre et la ministre de l'Emploi, ainsi que la suspension de la décision dans l'attente de cette concertation.